Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Stationnement: La politique bien étrange de la mairie de Mende .

    Les espaces de stationnement gratuits sont rares à Mende. Le parking du Mazel, en face du cinéma, l'était partiellement. Les habitants du centre-ville pouvaient s'y garer le soir et le week-end sans avoir à débourser un seul centime. 
    Ce n'est plus le cas! Dans sa logique de rentabilité la mairie de Mende, dite socialiste, vient de placer des barrières à l'entrée du bâtiment et en a profité pour augmenter les tarifs. Pour 7 h00 sur place (en journée), il fallait compter 2.30 ...il en coûtera 3.30 maintenant....
    Il y a désormais un "forfait nuit" de 1.30. Ainsi, pour ceux qui vivent en ville, il faudra désormais compter 9 Euros 10 centimes pour les nuits de la semaine soit quelque chose comme environ 39 à 40 Euros par mois! Et nous ne comptons pas là le samedi et le dimanche qu'il faudra désormais payer alors qu'ils étaient gratuits! 
    Peut-être nos élus estiment-ils que 40 Euros n'est pas une somme insurmontable? (rappelons que 40 euros reste la fourchette la plus basse puisqu'il ne s'agit que du prix à payer pour y garer sa voiture la nuit!)
    Cet impôt indirect est d'une injustice totale et révolte de plus en plus de riverains qui prennent conscience du problème en faisant leur compte à la fin du mois.

    front de gauche, lozere, 48, mende, bertrand, parking, stationnement, mairie, elections municipales, parti de gauche, parti communiste, parti socialistefront de gauche, lozere, mende, 48, bertrand, mairie, elections municipales, parking, stationnement, mazel, parti de gauche, parti communiste, parti socialiste


  • «Blackfoot» et «Wabash»: une affaire d'espionnage (vidéo)

    Que savons-nous de cette affaire ?

    Un ressortissant américain, Edward Snowden, ancien consultant de la NSA a livré des informations et des documents internes aux services de renseignements Etats-uniens. Ces documents ont révélé que les services secrets des USA ont mis sur écoute nos diplomates et représentants politiques.

    Que reste-t-il de cette affaire ?

    D’abord que les Etats-Unis disposent d’un service d’espionnage et qu’à ce titre ils ont utilisé leurs services y compris en ciblant des pays amis. Rien de bien nouveau donc. Gageons que la France fait de même, du moins espérons-le.

    Nous savons aussi que cette information remonte à 2001 et que la situation peut avoir légèrement évolué.

    Que faut-il en déduire ?

    Que les Etats-uniens possèdent des informations de première main concernant les dispositions des pays cibles et que cela représente un réel avantage dans les négociations en cours puisque les USA savent par avance quels sont les mandats des différents négociateurs ; ce que l’on peut lâcher ; ce que l’on veut véritablement obtenir ; les informations dont nous nous disposons.

    Il y a fort à parier que cette révélation, en pleines négociations, offre à l’Union européenne un moyen de pression non négligeable et permette d’établir un rapport de force favorable. Imaginer que cela pourrait être fortuit relève d’une naïveté ou d’une méconnaissance totale du jeu diplomatique en général.

    C’est une chose que de se douter qu’on est espionné et c’en est une autre que d’en avoir la certitude.

    Il convient donc de mettre les négociations en stand-by et de redéfinir le mandat des interlocuteurs, les buts et les moyens, sans quoi, le jeu diplomatique est faussé et en fait de négociations on assiste à un simulacre, une parodie, une bouffonnerie dans laquelle l’Europe serait la dupe.



    Jean-Luc Mélenchon sur BFM TV par lepartidegauche