Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2014

  • Jean-Luc Mélenchon sur les intermittents

     

    Intervention de Jean-Luc Mélenchon sur le conflit des intermittents lors de l'émission Tous Politiques sur France24 et France Inter le 22 juin 2014.

     

    (Déjà plus de 41.000 vues) 


    Jean-Luc Mélenchon sur les intermittents par Frontdegauchelozere

  • URGENT : mobilisation en faveur des intermittents

    Demain, mercredi 25 juin, le front de gauche lozère sera présent au pique nique géant organisé place Urbain 5 à Mende. 

    Nous appelons toutes celles et tous ceux que le sort des intermittents touche et qui pensent que la culture n'a pas de prix à venir à partir de 11h30.

    Nous comptons sur tout le monde et vérifierons ainsi qui se préoccupe de culture et de justice sociale et qui se contente de vagues promesses électorales.

    Nous, c'est l'action !

     

     

  • France culture: la gauche au pouvoir est-elle de droite ? débat à la Sorbonne

    Ah que cela fait du bien quand ce n'est pas nous qui le disons mais des historiennes et historiens de talents. 

    Cette émission est à écouter et faire écouter....un délice! 

    Emission spéciale enregistrée au Grand Amphi de la Sorbonne samedi 29 mars 2014

    Hollande / Mitterrand – La gauche au pouvoir est-elle de droite ?
    Table ronde animée par Valérie Hannin

    Table ronde animée par Valérie Hannin avec Ludivine Bantigny, Olivier Galland, Jean Garrigues, Sabine Jansen V. NOEL © RADIO FRANCE

     

     

    Invité(s) :
    Ludivine Bantigny, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po.
    Jean Garrigues, professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Orléans.
    Sabine Jansen, maître de conférences au CNAM et rédactrice en chef de la revue Histoire@Politique.Politique, culture, société.
    Olivier Galland, directeur de Recherche CNRS.

     

    Pour écouter l'émission: 

  • Marche du Raz le bol du 12 avril

    Il faut s'organiser le tout très très vite. Si nous mettons en place un bus, il faut le savoir au plus tôt! 

    Prenez rapidement contact avec nous! frontdegauche48@gmail.com


    "Le 12 avril, nous serons dans la rue" - J.-L... par lepartidegauche

     


    Réaction contre Valls Premier ministre - J.-L... par lepartidegauche

  • Le FN n'est pas d'extrême droite...non, il est.....

    Didier Porte se lâche: "le FN est un parti de racistes, de fachos, de mafieux....mais pas d'extrême droite" 


    Didier Porte : « le FN, parti fasciste, collabo... par Mediapart

     

     

    Faites-nous savoir si vous comptez venir à la marche du 12 avril à Paris afin que nous réservions votre place. Si vous ne vous manifestez pas, il n'y aura pas de déplacement collectif. Le temps imparti est trop court, il faut se mobiliser en urgence! merci de votre compréhension.

     

     

  • Marche du Raz-le-bol 12 avril 2014

    Nos scores pulvérisent tout mais les médias focalisent sur le Fn.

    Nous occupons les rues mais on annonce 7.000 manifestants.

    Manuel Valls devient Premier Ministre.

    Ça suffit !!!!

    front de gauche, lozere, melenchon, elections municipale, mende, 2014, patrick alloux, alain bertrand, ginette brunel, belle rebelle, parti de gauche, parti communiste, société, politique, actualité, gauche, 48, midi libre, 48 fm, totem, France bleu, marche paris 12 avril 12 04, co voiturage, transports, mende, florac, chanac, 48, lozere, trajets, bus 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    front de gauche, lozere, melenchon, elections municipale, mende, 2014, patrick alloux, alain bertrand, ginette brunel, belle rebelle, parti de gauche, parti communiste, société, politique, actualité, gauche, 48, midi libre, 48 fm, totem, France bleu, marche paris 12 avril 12 04, co voiturage, transports, mende, florac, chanac, 48, lozere, trajets, bus

  • Message de la gauche du PS au président

    Au soir du second tour, voici la lettre de l'aile gauche du PS au Président. 

    Quand on sait qu'il vient de nommer M. Valls Premier Ministre, on se surprend à espérer qu'enfin les socialistes dignes de ce nom prennent leurs responsabilités, qu'ils ne votent pas la confiance au gouvernement et que localement, ils s'engagent officiellement au côté de RESF et qu'ils nous contactent pour que nous construisions ensemble une alternative puissante.

    Notre mail n'est pas un secret: frontdegauche48gmail.com

    Monsieur le Président,

    La  défaite est sévère. Son ampleur, son impact sur tout le territoire en dépit du travail de qualité des élus locaux, témoigne d’une volonté des électeurs de gauche de sanctionner les choix politiques engagés depuis le début du quinquennat.

    Ce soir, c’est toute la gauche qui est pénalisée. Mais plus que nos partenaires écologistes ou communistes,ce sont les candidats socialistes qui subissent le plus durement le désaveu des urnes.

    L’exécutif ne peut rester sourd au message des électeurs. Rien ne serait pire que de relativiser la gravité de la défaite. Rien ne serait plus dangereux que de se tromper dans l’analyse des causes de celle-ci. Le problème n’est pas « méthodologique », il est politique. Le sujet central n’est pas la demande d’autorité, il est le refus de l’austérité. Il ne s’agit pas d’ « envoyer des signaux de gauche » à notre électorat, il faut changer de cap.

     

    Monsieur le Président,

    Vous aviez fait du « redressement dans la justice » le mot d’ordre de votre campagne présidentielle. A juste titre, vous aviez pointé la responsabilité historique du monde de la finance dans les difficultés que traversent notre pays et notre continent. Vous aviez porté haut et fort l’exigence d’une réorientation de la construction européenne, en dénonçant le caractère néfaste des politiques d’austérité. Vous aviez rappelé avec force que « l’âme de la France, c’est l’égalité ».

    Deux ans après, cette analyse nous paraît toujours aussi pertinente. Force est de constater que, parfois, les actes ont démenti les paroles. Certes, des réformes salutaires ont été entreprises. Certes, personne ne méconnaît la gravité de la crise et le lourd bilan laissé par Nicolas Sarkozy. Certes, l’éradication du chômage de masse requiert du temps et de la constance. Mais, comme nous le faisons inlassablement depuis des mois, nous vous exhortons à changer de cap.

    Augmentation de la fiscalité indirecte, flexibilisation du marché du travail, réduction à marche forcée des déficits publics, baisse massive du coût du travail : nous ne contestons pas seulement ces solutions parce qu’elles risquent de fragiliser notre modèle social et nos services publics, nous les contestons parce qu’elles s’avèrent inefficaces pour relancer l’activité économique!

    Comme vous, nous pensons que les Français attendent avant tout des résultats en matière d’emploi. Comme vous, nous pensons que nous serons jugés sur notre capacité à améliorer concrètement les conditions d’existence du plus grand nombre.

    Aujourd’hui, c’est le pragmatisme qui impose d’être audacieux !

    Parce que la chance sourit aux audacieux, parce que la France n’est jamais aussi grande que dans le sursaut, il est possible de démentir les résignés, les fatalistes et les pessimistes. Il n’y a pas qu’une seule politique possible.

    Pour réussir une nouvelle étape du quinquennat, il faut remplir trois conditions.

     

    1) A l’échelon européen, il est temps de desserrer l’étau des contraintes du pacte de stabilité. Concrètement, il s’agit dès demain d’engager le rapport de force avec la Commission en lui notifiant non seulement  l’impossibilité, mais surtout le refus respecter dans les délais les critères de déficit restrictifs qu’elle nous assigne. La réduction à marche forcée des déficits publics érigée en dogme est absurde en période de croissance atone, alors que c’est précisément l’investissement, et singulièrement l’investissement public qui soutient l’activité. L’austérité conduit l’Europe vers l’abîme tant elle réduit les protections de ses citoyens sans aboutir à un autre résultat qu’un dumping social qui ne dit pas son nom.  La politique monétaire est aujourd’hui plus un handicap qu’un atout, le libre-échange généralisé nous affaiblit. Les Français se moquent d’être présentés comme les mauvais élèves de l’Europe libérale. Au contraire, ils plébisciteraient un gouvernement qui se donne comme objectif d’être l’acteur déterminé de la réorientation du projet européen. Proposer un autre chemin pour l’Europe, jeter les bases d’une coalition progressiste contre l’austérité, voilà une façon de “réenchanter le rêve français”

    2) Sur le plan intérieur, le temps est venu d’un tournant économique majeur. Plutôt qu’à la « politique de l’offre » et qu’aux coupes massives dans les dépenses publiques, la priorité doit revenir à la croissance, à l’emploi, au redressement productif. A l’évidence, la transition écologique doit en  être le  fil conducteur.

    Le pacte de responsabilité est mort-né. Prenons acte de la position intransigeante du MEDEF qui refuse toute contrepartie pour le monde du travail.  Désormais minoritaire chez les syndicats de salariés, extrêmement coûteux pour les finances publiques, le « pacte » n’est pas aujourd’hui le « grand compromis social » que vous aviez souhaité.

    N’ayons pas peur d’abandonner cette voie.  La mobilisation générale pour l’emploi passe par la relance de l’investissement public et par celle de la consommation.

    Car il est urgent d’agir pour le pouvoir d’achat. La réforme fiscale est évidemment un outil pour améliorer le quotidien des Français les plus modestes. Mais l’augmentation substantielle du SMIC lors de sa revalorisation annuelle, le dégel des salaires des fonctionnaires, la revalorisation des petites retraites nous paraissent tout aussi nécessaires

    3) De même qu’il n’y aura pas de redressement sans justice, il n’y aura pas de réussite de la gauche si elle ne parvient pas à se rassembler.

    Le changement ne peut devenir une réalité sans la prise en compte des aspirations de la majorité sociale à laquelle nous devons notre majorité politique acquise en 2012. Pour le traduire en actes, la gauche ne réussira qu’avec un nouveau pacte majoritaire qui rassemble au service de la France toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la défaite de la droite lors de la dernière campagne présidentielle.

    Mais au-delà de la gauche, c’est au profond malaise qui traverse notre pays qu’il faut aujourd’hui répondre. Comme à chaque période décisive de son histoire, la France peut retrouver le meilleur d’elle-même en s’inspirant des principes qui font la force et la singularité de son modèle républicain. Respect de la souveraineté populaire, défense de notre modèle social, promotion de l’égalité : en cette « année Jaurès », la République sociale reste un projet fédérateur. Ce projet, il vous appartient de le faire vivre.

    Nous espérons que vous aurez compris cette adresse comme  une contribution franche et constructive, tournée vers un seul objectif : la réussite de votre quinquennat, celle de la gauche, celle de la France.

    Pour Maintenant la Gauche

    Emmanuel Maurel

    Marie-Noëlle Lienemann

    Jérôme Guedj

    Paul Quilès, ancien ministre, et les membres du Bureau national du PS : Julien Dray, Anne Ferreira, Gérard Filoche, Marianne Louis, Jonathan Munoz, Jean-François Thomas

  • Le Fn qui monte ?

    front de gauche, lozere, melenchon, elections municipale, mende, 2014, patrick alloux, alain bertrand, ginette brunel, belle rebelle, parti de gauche, parti communiste, société, politique, actualité, gauche, 48, midi libre, 48 fm, totem, France bleu, elections européennes, pertoci, fn, le pen, pg, meluch

  • RESF: appel à la mobilisation

    Nous nous faisons l'écho de RESF (réseau éducation sans frontière)

    A Mende, suite à une circulaire du très socialiste Manuel Vals, le préfet, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, placé en Lozère par notre ministre de l'intérieur, décide de renvoyer "chez eux" des demandeurs d'asile.

    Ils vont être renvoyé en Tchétchénie, au Ghana et en Arménie. 

    Que peut-on lire sur ces pays sur le site du ministère des affaires étrangères?

    Tchétchénie: "les autres républiques (Tchétchénie, Ingouchie, Kabardino-Balkarie, Ossétie du Nord et Karatchaevo-Tcherkéssie) ne sont pas épargnées par les attaques. Dans ce contexte, tout déplacement dans cette région est vivement déconseillé sauf raison impérative. Dans ce cas, il est vivement recommandé aux voyageurs de signaler leur présence à l’Ambassade de France à Moscou."

    Ghana : "Virus Ebola   Une fièvre hémorragique contagieuse a fait son apparition en Guinée forestière, région de Guinée-Conakry, dans les préfectures de Macenta, Guékédou et Kissidougou, et a entraîné des décès. Dans ce contexte, il est déconseillé de se déplacer ou de séjourner dans les zones touchées par la fièvre hémorragique, sauf raison impérative (cf. carte de la FCV Guinée). Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Les premiers symptômes du virus dans son premier stade se rapprochent d’un état grippal avec des fièvres, douleurs, diarrhées, vomissements. Le virus entre ensuite dans la phase proprement dite de fièvre hémorragique. La contamination se fait par des contacts directs avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de personnes infectées" 

    Arménie: "Eviter les zones frontalières avec l’Azerbaïdjan. Des incidents se produisent régulièrement à la frontière du nord est (dans la région de Tavoush). Les mines anti-personnelles constituent un réel danger à l’est (dans la région de Siounik). Il est fortement recommandé, pour effectuer le trajet Erevan-Tbilissi, d’éviter la route passant par Idjevan, itinéraire qui traverse une zone en Azerbaïdjan formellement déconseillée.Les frontières avec la Turquie et l’Azerbaïdjan sont fermées du fait du conflit du Haut-Karabagh, malgré le cessez-le-feu signé en 1994. Le haut Karabagh et à plus forte raison les territoires occupés d’Azerbaïdjan constituent une zone dangereuse qui ne fait pas partie de la circonscription consulaire d’Erevan. L’entité sécessionniste n’est reconnue par aucun pays et la protection consulaire de nos ressortissants ne peut y être assurée. De manière générale, les abords immédiats de toutes les zones frontalières sont fortement déconseillés. Si des déplacements dans ces zones devaient malgré tout être effectués, il est vivement recommandé de prendre auparavant l’attache de l’ambassade de France à Erevan."

     

    Bref, de magnifiques pays que la France ne conseille même pas pour des touristes !

    On va donc renvoyer dans des pays en guerre, ou sous la menace d'une épidémie Ebola, des gens qui sont venus chercher refuge ici!

     

     

    Si vous avez un tant soit peu de cœur, vous comprendrez l'urgence qu'il y a à se mobiliser.

     

    Entrez en contact avec RESF lozère

    • téléphone urgence : Marie-Anne 06 80 56 26 02
    • MENDE Marie-Anne marieanne.colombain@free.fr 
      LANGOGNE Gilles 06 42 74 14 77 
      FLORAC Patricia 04 66 44 70 80 
      CHAMBON LE CHATEAU Peggy resf48@hotmail.fr 06 87 83 20 75

     

     

  • On débriefe la semaine: Gut

    front de gauche, lozere, melenchon, elections municipale, mende, 2014, patrick alloux, alain bertrand, ginette brunel, belle rebelle, parti de gauche, parti communiste, société, politique, actualité, gauche, 48, midi libre, 48 fm, totem, France bleu