Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

spectacles

  • Sur le cas Cahuzac

    Nous apprenons que Monsieur Cahuzac, ancien ministre du budget du gouvernement Ayrault, celui-là même qui avait mené une lutte contre les évasions fiscales, dipose d'un compte en Suisse et d'un autre à Singapour. 

    Retenons aussi que ce brave homme était aussi président de la Commission des finances sous la présidence de M. Sarkozy. 

    Nous passerons sur le fait qu'il est peu probabale que ses collabarateurs n'aient pas été tenus au courant...au moins, quand l'affaire est sortie dans la presse et qu'il niait encore. L'Etat dispsoe de moyens de renseignements et vous pouvez être certains que quand Mediapart sort l'information, le bureau de l'Elysée et celui de Matignon se sont empressés de diligenter une enquêts...s'ils ne l'ont pas fait c'est encore pire. 

    Non, le problème n'est pas que ce triste évenement apporte la preuve que le système politique est corrompu et que l'argent gangrène jusqu'aux sphères dirigeantes (il disposait de 600.000 euros sur son compte suisse!!!). 

    Non, le problème le plus grave reste que cette affaire va faire les choux gras du FN et que le tous-pourris va trouver là un terreau fertile pour croître et se répendre. Vous pouvez être certains que les analyses qui pourraient s'extraire de ce cas particulier pour jeter un regard critique sur le fonctionnement du sytème libéral dans son ensemble vont cader le pas, si nous n'y prenns pas garde, à des discours réducteurs et haineux. 

    Nous sommes à la veille d'un tremblement terrible de l'Histoire qui pourrait être porteur de mort et de désolation. Comme Jaurès, en son temps, nous devons tendre nos efforts vers la paix. 

    « J’appelle les vivants pour 

    qu’ils se défendent contre le monstre qui apparaît à l’horizon ; je pleure les 

    morts innombrables couchés là-bas vers l’Orient et dont la puanteur arrive 

    jusqu’à nous comme un remords ; je briserai les foudres de la guerre qui 

    menacent dans les nuées…"

    Cette révolution que nous appelons de nos voeux, ne nous trompons pas!!! elle doit être "...sociale"!!!!!!!!